Longue Biographie

Né en France, au Mans le 18 février 1969, Thomas BELHOM est un musicien-percussionniste, compositeur qui met en avant la question de la sonorité plutôt que celle de la tonalité.tb-ok4-net

C’est au Mans que commence un long apprentissage de la percussion ; à l’âge de 12 ans, il prend des cours de batterie avec Jean-Pierre Souchu, rue des tambours.

Un premier groupe de musique pré-adolescent voit le jour au lycée : LE PORTAIL & LA CLÉ (nom emprunté à la mythologie de l’écrivain fantastique H.P. Lovecraft) qui réunit Charles Planchon (guitariste), Samuel Lenglet (bassiste) et Jean-françois Chauffour (synthétiseur). Les quatre amis prennent des directions différentes vers l’âge de 18 ans, seul Jean-françois dit « Djef » continuera à travailler avec Thomas BELHOM en tant qu’ingénieur du son.. A cette époque , le groupe se produit régulièrement live en partageant la scène avec un jeune groupe de « rockabilly » dont un certain Naïm Amor est le guitariste. Thomas & Naïm se retrouveront bien plus tard pour former ensemble un duo. 

Thomas déménage à Paris en 1989 et travaille, dans un premier temps, en tant que technicien de plateau pour les décors de Théâtre : à  La Grande Halle de la Villette, au Théâtre du Châtelet, à l’Opéra Comique, à la Salle Gaveau. avec pour specialité le montage et démontage des percussions. Il travaille notament sur le tout dernier concert de Miles Davis en juillet 91, lors du festival de jazz de la Villette à la Grande Halle, en compagnie de Trilok Gurtu, Joe Zawinul, Dave Holland..

Durant cette période, Thomas participe à un très grand nombre de spectacles, en tant que technicien, manipulateur, assistant artificier ou machiniste-constructeur de décor. Parmi lesquels :  « Lapin Chasseur » (théâtre) de Jérôme Deschamps ; « Boxing » (danse)  de Régine Chopinot ; « La Coupole d’Urbicande » (exposition) de Schuiten & Peters.

Musicalement , ormis une brève apparition dans un groupe parisien au nom de « Without Medical Control », Thomas BELHOM assure la batterie au sein du groupe western & noisy hardcore : The WITCHES VALLEY, dans lequel Naïm Amor joue également, en compagnie de Kim Ohio, Jérémie Prophet, et Angry Hungry (voir ici extrait : à l’Elysée Montmartre à Paris en 1992 « the desert is the shelter » by the Witches Valley II)  . 

C’est par le biais des Witches Valley que Thomas rencontre Marc’O et Jean-charles François et devient l’un des fondateurs du groupe d’expression de Théâtre Musicale : GÉNÉRATION CHAOS, à partir duquel de nombreux travaux artistiques sont menés, notamment sur la relation entre le geste et le son  (voir ici extrait : à Neuilly-sur-Marne , Ville-Evrard 1994 « L’énigme de L’Oracle » by Génération Chaos).

Il participe également, avec tous les membres des Witches Valley et sous l’impulsion de Marc’O, à la fondation d’un Laboratoire de Recherche , en lien avec l’Université de Paris 8 : le « Laboratoire d’études des phénomènes de Changement ». Divers articles font l’objet de publications dans la revue « L’impossible et Pourtant », dont « Le 3, en Substance », ainsi que dans le journal Les Périphériques Vous parlent, par exemple « La musique d’ascenseur est descendue dans le métro«  (1995).

Par la suite, Thomas déménage à Tucson-Arizona aux USA, en compagnie de Naïm AMOR avec qui il crèe AMOR BELHOM DUO. Ils composent la musique du documentaire : « Low y Cool » de Marianne Dissard, filmé par Robert Kramer à Tucson-Arizona. La musique est enregistré sur place, avec l’aide de Joey Burns, un musicien du groupe « GIANT SAND » et qui initiera plus tard le groupe : CALEXICO. Marianne Dissard, compagne de NaÏm Amor,  collabore également aux textes des chansons du duo.

ABD-live
thomas belhom          &          naïm amor

L’histoire d’Amor Belhom Duo, au début, est liée à celle de Calexico car les albums sont préparés aux mêmes endroits , dans les maisons respectives des uns et des autres et au studio Wavelab, tenu par Craig Shumacher, à Tucson-Arizona. En 1997, est enregistré le premier album d’Amor Belhom Duo : « wavelab performance« , ainsi que « Black Light » de Calexico… Sur la toute première tournée américaine de Calexico, en première partie de LAMBCHOP, Naïm Amor joue de la basse, Thomas Belhom les percussions (maraccas, triangle, shaker etc), John Convertino la batterie et Joey Burns guitare et voix.

Le deuxième album d’AMOR BELHOM DUO sort en France en 2000 avec le label français Ici D’Ailleurs, (connu pour produire les disques de Yann Tiersen). Les deux musiciens tournent beaucoup, en Europe et aux Etats-Unis, (voir ici liste des concerts). Un disque commun avec Calexico sera enregistré en 2001 : « Tête à Tête » par ABBC (initiales d’Amor Burns Belhom et Convertino).

thomas_belhom

Parallèlement, Thomas BELHOM produit 2 objets sonores : mini CD « Passeport Mobile Home » en 2000 & « At Home Abroad » en 2002. Il commence à faire quelques concerts solo aux Etats-Unis et en France, utilisant la batterie avec des gongs + une guitare électrique auquel se rajoute un petit synthétiseur, et parfois sa voix.

Après la séparation d’Amor Belhom Duo en 2003, alors que leur dernière sortie restera le « live in Tucson« , paru en 2002, et leurs derniers concerts en Europe lors de la Tournée en première partie de Miossec, Thomas BELHOM rejoint David Grubbs & Noël Akchoté pour une tournée européenne d’Ecosse jusqu’en Sicile à l’occasion de la sortie de l’album « Rickets & Scurvy » de Grubbs.

a-Guess-GrubbsREMEDIOS-tBelhom-pochette-CD

Par la suite , Thomas participera à l’album 2004 de David GRUBBS « A Guess at the Riddle » et réciproquement, David Grubbs apparaîtra sur  « Remedios« , album solo de Belhom paru  en 2003 chez Ici D’ailleurs.

tb-2003-shows

 

Bandeau-R2-maquis

La rencontre avec Stuart Staples, chanteur des Tindersticks, a lieu en 2004 et est initié par Stéphane Grégoire, (boss d’Ici D’ailleurs et éditeur de Thomas), à St Marie-aux-Mines dans les Vosges chez Rodolphe Burger, lors de l’enregistrement de la musique du film « L’INTRUS » de Claire Denis, à laquelle Thomas participe. Depuis cette date, Stuart et Thomas collaborent régulièrement :

sur les 2 albums solo de Stuart A. Staples : « Lucky Dog Recording » enregistré à Londres en 2005 et « Leaving Songs« , enregistré à Nashville en 2006 ; en France aussi, comme en 2007 pour « The Hungry Saw« , le 7ème album des TINDERSTICKS après 4 ans de pause.

Thomas assure ainsi les tournées du groupe jusqu’en 2010 et participe aux B.O. de 3 films de Claire Denis, signé Tindersticks, : « L’Intrus », « 35 Rhums », « White Material ».

Parallèlement, en 2007, Thomas Belhom sort 2 nouveaux albums solos, l’un instrumental « Cheval Oblique » sur le label « Apparent Extend » de Volker Zander (contrebassiste de Calexico),  l’autre : « No Border », avec le label « Ici D’ailleurs » contenant des chansons et des apparitions de musiciens des groupes Tindersticks, Calexico, et Lambchop.

Par la suite , Thomas voyage à nouveau entre les Etats-Unis et la France et tombera assez gravement malade d’une méningîte, ce qui inspirera en 2012 son 6ème album solo: « Rocéphine ». (la rocéphine étant la substance à l’origine de sa guérison).

tb-2013
thomas belhom – Mofo festival 2013 – Paris

C’est en 2013 que le Cirque iCi de Johann Le Guillerm lui propose de composer la musique du spectacle vivant « Secret ». Musique originale d’environ 1h et demi et  qui n’existe que dans ce cadre, ne faisant l’objet d’aucun disque.

Cette même année , Thomas participe à la musique signée Tindersticks pour le Musée d’Ypres en Belgique, exposition permanente relative à la guerre 14/18. Le disque « Ypres » des tindersticks est disponible depuis début 2015 (+ d’infos ici).

Le 7ème album solo de Thomas BELHOM est sorti le 10 novembre 2014 et se nomme « Maritima« , entièrement composé au bord de l’eau, avec les influences de villes telles que Lisbonne, La Rochelle, Marseille, Cassis, Asnelles-normandie, Budapest.. (+ d’infos ici)

Par ailleurs, différentes collaborations voient le jour en 2014 :  Thomas Belhom assure la batterie & les percussions pour un album de l’artiste marseillais Orso Jesenska, (« effacer la mer »).

Ainsi que  pour le groupe versaillais Valparaiso, avec un mini album 6 titres paru en juin 2015 en compagnie de la chanteuse Phoebe Killder, en attendant l’album complet de Valparaiso (avant la fin de l’année 2016) enregistré à Bristol par John Parish, avec, en collaboration sur certains titres notament Howe Gelb.